Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 22/07/2014

Sur la route des vins bordelais

C'était sur le M.S. Cyrano de Bergerac que cette croisière s'effectuerait le long d'une semaine, sur les eaux de la Garonne comme de la Gironde. La veille, nous avions embarqué à bord depuis les quais de Bordeaux, mais la visite de la ville était prévue pour le dernier jour de ce voyage. En effet, le lendemain matin nous étions déjà partis, à la découverte du Médoc et son prestigieux terroir.


Ainsi, au matin nous naviguions vers ce qui serait notre première aperçu de cette croisière et de la journée qui nous attendait. C'est sur les quais de Pauillac, au bord de la gironde, que nous amarrions. Il se trouve que cette ville est au cœur du Médoc, région largement reconnue pour son vin d'exception et les différentes appellations qui s'y trouvent. C'est pourquoi l'excursion en autocar de l'après-midi avait pour objectif de nous sensibiliser à la place que tient le vin dans cette partie de la France. Nous nous mirent en route l'eau à la bouche, sachant pertinemment qu'une dégustation était au programme.


Notre première destination serait la Château Lausanne, de l'appellation haut-médoc. Le temps de route fut l'occasion pour notre guide de nous en apprendre plus sur le vin en général, de sa plantation à sa fermentation. Nous apprîmes beaucoup, autant d'information nécessaires à la bonne compréhension et à l'appréciation des différents vins. Par exemple, chaque sol de chaque terroir est plus ou moins jonché de pierres, c'est là un facteur influençant le goût et donc la définition d'un terroir. Dès lors, il devient possible de différencier une appellation Margaux d'une appellation Saint-Julien rien qu'en regardant le pied des vignes. Le trajet nous offrit aussi de beaux paysages, de toutes parts. Les vignobles sont si présents que derrière chaque bâtiment, chaque route se trouvent des vignobles. Tant et si bien qu'a perte de vue, le sol semblait surélevé d'un mètre dès les premières plantations. Tout n'était que verdure ponctué par si par là d'une tour, d'un château, ou d'un toit, seuls éléments à la surface de cet océan.


Une fois arrivés au Château Lausanne, la visite guidée débuta. D'abord concentrée sur le domaine, nous virent l'étendard de gloire qu'était le château au style britannique, proche du victorien. Autant gage de prestige du vin homonyme que simple figure d'apparat, la demeure et le parc qui l'entoure témoignent de la fierté de ses propriétaires. 


Ici aussi, dès la lisière du parc, nous trouvions immédiatement après des vignes, entourant complètement le domaine Lausanne. La visite se poursuivit par les cuves et les barils où le vin est conservé et préservé jusqu'à sa mise en bouteille. Nous apprenons que tout est fait sur place. Pour achever la visite, nous avions l'honneur de déguster ce vin, fabriqué ici avec passion depuis des décennies. N'ayant aucune connaissance œnologique, je ne m'aventurerai pas à vous le décrire, mais ce que je peux vous assurer, c'est que cette mise en bouche fut des plus appréciables. Avant de libérer les lieux, nous avions la possibilité d'acquérir certaines de ces bouteilles. Possibilité que plus d'un passager saisit.


Pour poursuivre l'après-midi, nous irions découvrir certains des plus beaux châteaux de la région. Malheureusement au nombre de plus de 3000, il serait impossible de tous les voir, encore moins de retenir tous leurs noms. Cependant, la route qui nous mènerait entre ceux sélectionnés serait largement assez riche pour nous permettre d'en avoir un aperçu plus que raisonnable


. Le premier arrêt serait fait au Château Margaux, bâtisse très noble, d'architecture néoclassique. C'est d'ailleurs une des plus belle illustration de ce style dans toute la région. Ce château est aussi à l'origine d'un des vins de Bordeaux les plus prestigieux, d'où le prix tout aussi prestigieux des bouteilles. On peux parler d'une bouteille à 2500€, à titre indicatif. Après ce château, nous visitâmes en exclusivité l'extérieur de celui de Beychevelle dans l'appellation Saint-Julien. C'est là l'un des plus beaux, parmi ces 3000 concurrents. En signe d'allégeance, chaque navire passant devant le domaine devait abaisser sa voilure, donnant ainsi au domaine un nom - de baisse voile à Beychevelle - ainsi qu'un emblème. Emblème que nous retrouvons aujourd'hui encore sur toutes les bouteilles de vin produites par le domaine.


Cette belle après-midi s'acheva le long des routes du Médoc, à sillonner les plus beaux sentiers et panoramas, toujours en ponctuant la visite par de nombreux châteaux. Chaque année, la région est à l'origine de 500 millions de bouteilles, exportées dans le monde entier. Ce qui acheva de nous convaincre qu'ici, le vin n'est pas un simple liquide. C'est une passion autant qu'un art de vivre, et ce depuis des siècles. Le vin a autant influencé la région que l'Histoire elle-même. Ainsi, nous n'ouvrirons plus jamais une bouteille de la même manière. Et à chaque fois, nous nous rappellerons de cette journée magnifique.


CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".