Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 25/05/2017

Murano et Burano, étapes immanquables d'une croisière à Venise


Venise n'est plus à présenter. Au delà de la ville de légende, il y a ici une ambiance particulière, comme un aparté au reste du monde.


Mais pour quiconque s'y est déjà rendu, il est évident que Venise, et les 118 îlots qui la composent ne sont qu'une pièce d'un ensemble bien plus vaste, éblouissant de traditions séculaires. De fait, la Cité des Eaux n'est que le centre, le cœur d'une lagune composée d'une dizaines d'îles, toutes visitables grâce au vaporetto, ce "bus" public qui navigue sur l'eau.


À ce titre, chacune des îles de la lagune de Venise a sa propre identité, découlant d'une spécificité, de l'emploi qui en est fait. Certaines îles sont devenues des monastères, d'autres des avant-postes militaires. Une autre est même restée le cimetière de Venise, et ce depuis des siècles.

Mais il en est certaines, deux pour être précis, qui sont aujourd'hui renommées internationalement et considérées comme des immanquables lors d'un voyage en Italie. Ainsi, que vous visitiez Venise en juillet ou en octobre, ce sont là des étapes incontournables que je vous emmène aujourd'hui visiter.


La vue depuis notre bateau lors de l'arrivée à Murano


En 1291, et suite à de ravageurs incendies à Venise, dont les bâtisses étaient alors majoritairement constituées de bois, le gouvernement vénitien a décidé d'éloigner les grands fours des artisans verriers. Murano, aujourd'hui mondialement réputée pour la qualité de son verre, a été choisie pour accueillir les centaines d'artisans de la cité. De là, leur exceptionnel travail rayonna bientôt au-delà de la lagune de Venise et vint conquérir l'Europe entière.

La tradition a perduré et le savoir-faire, devenu inégalé, s'est transmis à travers les âges. Bien qu'on compte moins d'artisans verriers sur l'île désormais, il en reste suffisamment pour continuer d'alimenter les grands fours esseVisite d'un artisan verrier à Muranontiels à leur art. Bon nombre d'entre eux gardent d'ailleurs leurs portes ouvertes aux visiteurs tant ils sont fiers de pouvoir présenter leur savoir-faire.

Alors, quand nous arrivâmes sur l'île, les passagers du M.S. Michelangelo et moi-même, ce fut pour être accueilli par l'un des représentants de la plus grande verrerie de Murano. Sans tarder, il nous fit pénétrer dans les lieux et nous emmena dans les coulisses, là où les artisans travaillent quotidiennement.

Bien loin de la modernité de l'industrie, ici aucun moule, aucune machine n'est utilisée. À l'ancienne, les fours chauffent le verre et le souffleur métamorphose une boule incandescente en œuvre d'art en quelques mouvements habiles. Précision et subtilité guident la main de cet artisan qui a dédié sa vie à son travail. En quelques minutes seulement, nous avions assisté à la création d'un vase unique et coloré, comme chacune des réalisations des verreries de Murano.

Le temps libre qui s'ensuivit nous permit de réaliser que Murano, comme les autres îles de la lagune de Venise, restait d'une splendeur éblouissante. On y retrouvait le charme des cités alentours, les mêmes canaux emblématiques et cette Dolce Vita italienne. Ses vastes et majestueux jardins parfumés de jasmins et bordés d'orangers finirent de nous émouvoir.


Visite d'un artisan verrier à Murano  visite d'une verrerie à Murano


Les ruelles pleines de couleurs de Burano


Pourtant, s'il n'était qu'une île à visiter de la lagune de Venise, ce serait bien Burano, à la réputation aussi éclatante que les couleurs qui décorent les maisons de ce petit village de pêche. Comme une petite Venise, puisque traversée de nombreux canaux, Burano est d'une beauté enchanteresse.

Complètement déconnectée, l'île entière semble préservée des ravages du temps. Alors, au moment de mettre pied à terre, un festival de couleurs nous saisit quand nous découvrons de serpentueuses ruelles, toutes bordées de maisons aux vives pigmentations. Rose, jaune, vert, bleu ; il y en a ici pour tous les goûts et toutes les couleurs.

Il me faut alors reconnaître, que, bien que j’eus déjà la chance de visiter ce lieu féerique, je n'ai pas caché mon plaisir de pouvoir à nouveau me promener dans ce village aux allures d'arc-en-ciel. Ici aussi, on retrouve pontons et canaux, campanile - penché ! - et moult embarcations.


Impossible alors de bouder son plaisir. Burano impressionne. Burano marque les esprits, mais surtout les cœurs, tant on s'y sent intimement accueilli par des gens fiers de ce qu'est leur chez-eux.

Et si Murano possède un savoir-faire inégalé quand il s'agit de verrerie, Burano n'a rien à envier au sujet de la broderie. De véritables œuvres d'art et des pièces à la dentelle d'exception font vivre les artisans de l'île, qui compte aujourd'hui son propre musée de la Dentelle.


Les ruelles pleines de couleurs de Burano La dentelle, fierté de Burano


Alors si par chance vous vous adonnez à une croisière dans la lagune de Venise, en Italie, laissez-moi vous inciter à ne pas manquer la visite de ces îles. Murano est riche de savoir, Burano est incroyable à voir, à vivre. C'est avec un plaisir inouï que j'en ai foulé le sol pavé, et c'est avec une impatience enfantine qu'il me tarde d'y retourner.

CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".