Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 01/07/2014

Croisière sur le Rhin, escale à Cologne

Le M.S. Symphonie avait, cette nuit encore, poursuivit son périple sur les eaux du Rhin, nous menant dès le petit matin à Cologne, ville allemande au tourisme majeur. Ce matin nous y ferions escale, le temps d'une visite guidée, mais pas avant un copieux petit-déjeuner, bien sûr. Et c'est ainsi qu'à 8h30 nous nous retrouvions sur les quais de Cologne, à suivre notre guide.


Nous apprîmes en premier lieu que la ville était très réputée auprès des Allemands, et que d'ailleurs, la Cathédrale de Saint Pierre et Marie était leur monument privilégié. Rien d'étonnant à cela quand on a l'opportunité de voir le dit édifice surplomber les alentours, quand bien même nous en sommes encore éloignés. Cependant, sa visite serait pour la fin de cette escale, autant finir en beauté. L'idée était de contourner la cathédrale pour d'abord voir de plus près Saint Martin la Grande, église remarquable de par sa hauteur et son style roman. Mais pourquoi une église se trouverait aussi proche de l'immanquable cathédrale, vous demanderez-vous


La réponse est qu'autour de la cathédrale, un cercle formé par 12 églises a été érigé, une pour chaque apôtre. L'église de Saint Martin la Grande en est l'une de ces 12. Elle était présente à Cologne bien avant la cathédrale, faisant alors office de point d'intérêt majeur de la ville grâce à sa taille, ses magnifiques tours blanches et ses balcons. Ce serait toujours le cas d'ailleurs, si cinq siècles de construction n'avaient pas aboutit à un édifice tel que la cathédrale.


 Mais avant d'y arriver, nous passerions par l'une des nombreuses places pavées, où cafés et bars y étendent leurs chaises en extérieur. Ce sont sur ces places-là que Carnaval est fêté, évènement largement attendu ici, contrairement au reste de l'Allemagne, qui n'y prête pas plus attention que cela. La dernière étape avant ce que tous nous attendions était la célèbre maison d'invention de l'Eau de Cologne, en 1709. Aujourd'hui réorganisée en boutique et magasin, le parfum de Farina jouit toujours encore de sa réputation, vieille de plusieurs siècles. Enfin, nous pouvions nous diriger vers la Cathédrale.


Déjà, l'église de Aix-la-Chapelle était impressionnante, autant de l'extérieur que de l'intérieur. Mais aujourd'hui, nous avions en face de nous un édifice provenant de 500 ans de travail de la pierre, de génie architecturale et de démesure. Ses immenses tours menaçaient de percer le ciel tandis que les vitraux, présents en abondances de toutes parts, donnaient un aperçu de ce qu'il nous attendait à l'intérieur. Un intérieur ô combien spectaculaire une fois les portes franchies. Parfois, il arrive que les mots manquent pour décrire ce que l'on voit et l'on ressent. Dans le cas présent, il est inutile de vous décrire combien on se sent petit et vulnérable face à ces plafonds d'une hauteur inimaginable, des ces piliers aussi larges qu'une demi-douzaine d'hommes et des allées longues de centaines de mètres. Le terme de démesure semble avoir été inventé pour cet endroit.


Heureux de revoir la lumière du soleil et de ne plus se sentir écrasés par le génie qui hantait l'édifice, nous retournions vers le M.S. Symphonie pour y déjeuner. L'après-midi serait consacrée à la navigation sur le Rhin. C'était là l'occasion de trouver un parfait panorama depuis les transats du pont soleil, un verre à la main. Les paysages défilèrent devant nous sans jamais nous lasser. Vignobles, églises et hameaux s'enchaînaient dans la plus parfaite harmonie. Jusqu'à ce soir, où nous arriverons à Coblence pour y passer la soirée et la nuit.


Après le dîner, les passagers quittèrent le navire pour une petite découverte pédestre, donnant à l'équipage le temps nécessaire pour organiser un spectacle. Une fois les passagers rentrés et bien installés dans le salon, la soirée pouvait débuter. Chaque membre de l'équipage, donnant de sa personne, se mis en jeu pour amuser et divertir la salle. En quelques minutes, un rire général résonnait dans le salon et, au final, équipage et passagers se couchèrent le sourire aux lèvres.


CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".