Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 07/01/2016

Croisières en Asie du Sud-Est [2/2] : sous le charme de la Birmanie



Liliane et Jacques Lucas, couple de géologues retraités, ont attendu d’avoir l’âge de la retraite pour goûter au charme des croisières, avec CroisiEurope. Des nombreux voyages qu’ils ont réalisés avec notre compagnie depuis 15 ans, le circuit-croisière en Birmanie fera sans doute partie des souvenirs les plus éblouissants pour ces touristes sensibles aux ambiances, à l’accueil, à la qualité des échanges et à la diversité des découvertes.


Liliane raconte qu’elle avait été à Rangoon (aujourd’hui Yangon et point de départ de l’itinéraire proposé par CroisiVoyages) en 1971, « mais à l’époque on n’avait pas le droit de circuler dans le pays par la route ». Elle n’a donc quasiment rien vu de la Birmanie qu’elle a réellement découverte avec son mari fin janvier 2015. L’émerveillement est total. Après 50 ans de dictature militaire, le « pays des pagodes dorées » s’éveille au tourisme qui l’aide à vivre depuis 2011 et, comme le souligne Liliane, sans que le touriste ne soit importuné par des mendiants ou des enfants que l’on envoie quérir la pièce.


Le sourire birman


Le voyage qui dure 13 jours se déroule, tout en contrastes, entre grandes villes et petits villages, entre séjour à l’hôtel et croisière sur l’Irrawaddy, dans un pays chatoyant où l’artisanat constitue une véritable richesse au même titre que les milliers de temples et pagodes qui miroitent au soleil à Yangoon, capitale économique du pays où commence et finit le circuit, à Mandalay, dernière ville royale et haut lieu de la culture birmane, sur le site archéologique de Bagan, et ici et là dans la vallée du fleuve sacrée.


Pour la plupart des gens, le but premier de ce voyage est « la découverte des temples », constate Liliane. « Il faut dire qu’on ne voit ça nulle part ailleurs. Ils sont en bon état dans l’ensemble et ils vivent ! Ce ne sont pas que des monuments historiques. Les touristes croisent beaucoup de pèlerins, fervents adeptes du bouddhisme qui est l’acmé du pays ».


La vue de ces toits étincelants au soleil couchant est réellement magique et Liliane avoue qu’il leur est arrivé de grimper (par des escaliers) sur le haut des temples pour admirer d’en haut la splendeur des sites émaillés de ces édifices taillés comme des joyaux et la ville au loin.


Première impression ? 


« Ce qui a frappé tout le monde de prime abord, c’est le sourire birman qui ne traduit pas qu’une politesse. On a le sentiment de lire dans ces regards de tous âges, la volonté de nouer de vraies relations. C’est étonnant. » La seule aumône très respectable à laquelle ils se risquent, « c’est une quête à la sortie des bateaux au profit de l’école, pour en améliorer les conditions d’accueil et d’éducation », confie-t-elle en ajoutant que leur groupe a participé à la remise de l’argent récolté à la directrice d’une école.


« Nous avons pu prendre le temps de découvrir les choses »


Après trois jours passés à Yangoon (avec hébergement en hôtel 4*) à la découverte des plus belles pagodes et bouddhas monumentaux et de ses quartiers coloniaux, le groupe a rejoint Mandalay en avion où les attendait le bateau, pour la partie « croisière ». Une embarcation de style birman, le RV Kalaw, en bois exotique, de la compagnie Pandow, a mis le petit groupe de voyageurs au diapason des découvertes. Mais Liliane prévient : « ne vous attendez pas à faire de longs trajets en croisière car les distances sont courtes d’un site à un autre. Le bateau est avant tout un superbe hôtel flottant. Nous avons apprécié son confort à tous points de vue et la gastronomie à bord ponctuée de la touche locale».


Beaucoup de visites se font à pied, voire en calèche dans les villes et villages où l’on découvre le savoir-faire birman dans une multitude de domaine et de matières : le tek, la pierre, le marbre sculptés avec talent; la soie et le coton tissés sur des métiers anciens ; le jade ; la laque utilisée selon une technique ancestrale, et tant d’autres ouvrages et objets façonnés par des mains expertes.


Mingun connu pour sa pagode inachevée laisse admirer la cloche la plus lourde du monde ; Yandabo est un village de potiers qui tournent des jarres à la main.


La spiritualité qui tient une grande place en Birmanie donne également la tonalité de ce circuit qui permet d’approcher les moines en procession ou en prières, à Amarapura notamment, « ville des immortels », et à Sagaing, haut-lieu du bouddhisme birman.


« Voyage super », dit Liliane qui a apprécié le rythme très agréable de cette croisière. « Nous avons pu prendre le temps de découvrir les choses. Quitte à décaler parfois l’heure du repas à bord ». Quant à l’accompagnement, il recueille les mêmes suffrages : « la directrice de croisière française et les deux guides autochtones ont été parfaites. Nous n’étions pas très nombreux (NDLR : le RV Kalaw ne compte que 20 cabines) et les visites se faisaient en deux groupes. De petites conférences et animations à bord nous préparaient à la découverte du pays et nous apprenait ses us et coutumes, notamment la manière de draper le vêtement traditionnel birman. »


Découvrir un pays aussi chatoyant et accueillant dans une quasi intimité, comme elle le souligne volontiers, est un plaisir de tous les instants.


Nous remercions vivement Liliane et Jacques de nous avoir fait part de leurs impressions.


Ils se sont offert l’extension de 3 jours / 2 nuits au Lac Inlé et la recommandent vivement tant la magie du lieu les a subjugués.


Retrouvez toutes nos croisières en Birmanie et nos croisières lointaines, ainsi que le premier article concernant les croisières en Asie du Sud-Est.

CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".