Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 14/09/2014

Découvrons Padoue, en Italie, de sa Basilique à sa vieille ville

Au lendemain de notre visite de Venise, nous quittions la ville à bord du M.S. Michelangelo pour une matinée de navigation durant laquelle le beau paysage de la lagune défilait sous nos yeux. Iles et villages de pêcheurs vinrent ponctuer notre voyage, ainsi que de nombreux commentaires sur la région et notamment le projet Moïse, voué à sauver Venise de la montée des eaux. Plus tard, après avoir déjeuné, le navire s'amarra le temps pour nous d'embarquer à bord des autocars qui nous attendaient sur le quai. Notre destination était Padoue, ville italienne située dans la plaine du Pô, à une quarantaine de kilomètres de Venise.


La renommée de la ville a deux origines. L'une est son académie, ayant portée d'illustres individus, tel que Galilée pour le plus grand. L'autre raison, peut-être plus importante encore, tient du fait que Saint-Antoine de Padoue est originaire de la ville. C'est là l'un des Saints majeurs du christianisme, régulièrement invoqué pour retrouver des objets perdus, voire la santé, ou pour exaucer un vœu. Aujourd'hui et depuis 1310, la Basilique de Saint Antoine s'élève au cœur de Padoue et contient non seulement de nombreuses reliques de Saint Antoine , mais surtout son tombeau. Mais avant d'en faire la visite, nous traverserions d'abord la place de Prato della Valle (Pré de la Vallée ) de forme elliptique. La plus grande d'Italie, c'est aussi, l'une des plus belles. Elle est caractérisée par la présence d'une île en son centre, entourée d'eau et reliée de quatre ponts, un à chaque extrémité. Pour autant, la splendeur du lieu provient des hautes statues présentes de chaque côté du canal dans la plus grande symétrie. C'est alors une place unique, soumise aux règles de la géométrie que nous découvrons avec plaisir sur le chemin de la Basilique.


A mesure que nous avancions, notre destination se dessinait petit à petit face à nous pour enfin découvrir une belle et grande basilique. 


Si la façade est relativement sobre, c'est le toit qui attire directement le regard. En émergent trois imposantes coupoles pour trois nefsplusieurs clochers et une tour conique. Mais c'est une fois le portail passé que nous nous rendons véritablement compte de l'ampleur des lieux, en terme de taille comme de richesses. On y compte six chapelles, chacune bien différenciée des autres. Pourtant l'une d'entre elle ne saurait passer inaperçu, puisque sa splendeur est à la hauteur du trésor qu'elle renferme, la tombe de Saint Antoine. Il aura fallut pratiquement autant de temps pour bâtir cette chapelle que la Basilique elle-même. 


La foule s'y presse pour que, un à un, chacun ait la chance de poser sa main contre la paroi qui renferme le corps d'un des plus grands saints. Puis plus loin, dans une autre chapelle, un autre arrêt s'impose auprès des quelques reliques  qui y sont entreposées, tels que la mâchoire ou la langue de Saint Antoine. Pour poursuivre la visite, nous nous rendîmes alors dans le cloître principal de l'édifice. Il est agréable d'y voir prospérer une petite parcelle de nature dans un si grand ensemble bâti par l'Homme, garantissant le bien-être des lieux. Après y avoir passé quelques instants, nous quittions la Basilique Saint Antoine pour se diriger vers la vieille ville, tout en s'attardant sur les plus anciennes et plus belles bâtisses. Une fois arrivés, nous profitions encore d'un temps libre dans les plus belles rues de la ville avant de se diriger à nouveau vers les autocars, signe que la visite d'aujourd'hui touchait à son terme.


CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".