Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 05/09/2014

Expédition en Andalousie, ville historique et ancien moulin d'huile d'olives à Carmona

Chers internautes, mon Photo Tour est bel et bien terminé, et cette expérience, pour moi, fut des plus enrichissantes et ô combien inoubliable. Pour vous aussi, je l'espère, et vous remercie sincèrement de m'avoir suivi et encouragé. Pour autant, l'histoire n'est pas terminée car ce blog va continuer à vivre de manière moins fréquente mais régulière à raison d'un post par semaine. Bientôt, je vous emmènerai en Italie et à Venise, mais pour l'instant, découvrons l'Andalousie et l'Espagne.

***

La croisière sur le Guadalquivir nous avait déjà emmené à travers quelque uns des plus beaux sites d'Espagne. Pour autant, beaucoup restait à voir, et c'est ce que nous découvrîmes en cette matinée du 19 août. Nous quittâmes le confort du M.S. La Belle de Cadix au matin, pour se rendre en autocar à Carmona et dans ses environs, où la visite d'un ancien moulin à olives était prévue. Mais d'abord, nous fîmes un arrêt dans un lieu bien singulier.


Là où se trouvait jadis un amphithéâtre romain, aujourd'hui il ne reste que ruines et un terrain vague préservé. Mais ce qui nous intéressait, c'est ce qu'on y découvrit, tout à côté, une nécropole. En bien meilleur état, nous purent déambuler dans ce qui fut un cimetière datant de l'antiquité.


 Il en reste des fossés, directement creusés dans la pierre, menant dans de sombres galeries. Bien entendu, seules les parties visibles depuis l'extérieur sont visitables, mais le site n'en est pas moins impressionnant pour autant. Notamment la section où l'on trouve ce qui ressemble à de véritables demeures, en contrebas, émergeant de la roche elle-même. Malheureusement, nous ne pouvions trop nous attarder, et déjà nous nous dirigions vers la vieille-ville de Carmona. Immanquable de par sa muraille, digne d'une forteresse, c'est aussi là l'entrée vers la cœur historique de la ville. 


Ainsi, une fois les murs de pierre larges de plusieurs mètres franchis, nous découvrîmes les rues et ruelles n'attendant que d'être parcourues. Toujours dans le respect des vives couleurs espagnoles, les hautes maisons se suivent et se ressemblent, jusqu'à aboutir sur la place du marché, où les habitants ont pour habitude de se rassembler et de festoyer. Nous poursuivirent ensuite notre escapade dans ces ruelles séculaires pour finalement déboucher sur une église tout aussi ancienne. A proximité se trouve aussi un monastère, venant une fois encore enrichir le patrimoine d'une si belle ville. Sur le chemin retour, ce subtil mélange entre style espagnol et usages du passé fut présent tout du long. Jusqu'au moment d'atteindre les autocars, nous attendant pour entamer la dernière partie de cette matinée d'excursion en Espagne.


C'est vers un ancien moulin à olives, aujourd'hui modernisé que nous nous dirigions maintenant. Situé au centre, dans les hauteurs de l'exploitation, le centre d'accueil offrait déjà un beau cadre dans lequel l'on retrouvait les blanches maisons typiquement espagnoles. Pour entamer la découverte du domaine, nous visitâmes d'abord une section consacrée à l'histoire des lieux. De vieilles photographies comme d'anciens pressoirs s'y trouvent, témoins de la longue existence de ce qui est aujourd'hui l'une des meilleures et plus réputées huiles d'olives de tout l'Espagne. Inutile de préciser que ce titre est flatteur puisque l'Andalousie produit 70% de l'huile du pays, pays qui est premier producteur au monde. Lorsque nous en surent assez, nous passèrent dans une cour intérieure, bien plus pittoresque, pour déguster une sélection d'huile d'olives. Trois produits furent savourés, et créèrent l'unanimité. Pourtant, chacun avait son préféré, qu'ils purent éventuellement acquérir à la boutique, qui clôturait déjà cette visite, tout comme cette matinée.


A l'occasion de la soirée festive qui nous attendait sur le M.S. Le Belle de Cadix, à Séville, nous avions la chance et l'honneur d'accueillir deux interprètes de musique classique à bord. L'un jouait du violon, l'autre du violoncelle, et pendant plus d'une heure, ils nous firent voyage au son de musiques plus splendides les unes que les autres. C'était aussi pour moi les derniers moments que je passais aux côtés de l'équipage du navire de croisière, puisque, déjà, je m'en allais pour Venise et le Pô, en Italie. Mais d'abord, je me permis une dernière escapade. Et c'est à la Place d'Espagne que je me rendais, où je passerais mes ultimes instants dans cette belle ville qu'est Séville. De nuit, et illuminée, ce fut là un moment inoubliable que je garderais, et qui me pousserait à revenir, un jour.


CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".