Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.
Publié le : 19/07/2014

Rouen, escale dans la ville historique

C'est au beau milieu de la nuit que le M.S. Botticelli leva les amarres depuis le port de Honfleur pour, déjà, s'éloigner de la côte et s'enfoncer dans le terres. Au matin du 16 juillet, nous nous trouvions amarrés à Rouen où nous passerions la journée. Journée qui commencerait aux alentours de 9h, avec une visite guidée pédestre de la ville.

C'est ainsi que nous quittâmes les quais de Rouen pour, en quelques courtes minutes, atteindre le centre-ville et ses quartiers historiques largement imprégnés du Moyen-âge. 


La ville jouit d'un long héritage la caractérisant, des Celtes jusqu'à la Bataille de Normandie en 1944, elle a vu des époques et des croyances s'entremêler et se déchirer. Nous défilons alors dans des ruelles étroites et pavées, bordées de bâtisses centenaires. Jusqu'au moment où il devenait possible d'apercevoir ce qui serait notre première arrêt, l'église Saint-Maclou.


D'un style gothique flamboyant, l'église de Rouen est caractérisée par sa blancheur et son grand nombre de sculptures. Il y en a tant qu'une visite guidée entière pourrait y être consacrée. En facade, s'ouvrent 5 porches, dont 3 dotés de portails en bois sculpté. Située au milieu d'un quartier historique datant du Moyen-âge, l'église trouve sa place au centre d'une place pavée et entourée de hautes et fines bâtisses aux poutres apparentes. Bienvenue des siècles en arrière.


La visite se poursuivit dans ces quartiers et nous en apprîmes plus sur le fonctionnement de la ville à l'époque moyenâgeuse à travers quelques anecdotes bien sympathiques.


 Puis enfin, nous débouchèrent sur l'attraction majeure de la ville, la cathédrale et, à ses pieds, la place de marché où Jeanne d'Arc fut brûlée vive. L'édifice religieux est là une des plus belles illustrations qui existe en France du style architecturale identique à celui de l'église précédemment visitée. Tout y a une histoire, des sculptures, les vitraux et mêmes les tours. Y compris la tour-lanterne, plus haute de 5 que la pyramide de Khéops. C'est pourquoi il a été source d'inspiration pour les impressionnistes. Le cœur de ce joyeux religieux est tout aussi fantastique. On y trouve d'ailleurs la tombe de Richard Cœur de Lion. La visite s'acheva ensuite sur un temps-libre nous permettant de vagabonder à notre guise dans les ruelles caractéristiques de la ville.


Ce quartier-libre, prolongé sur toute l'après-midi, fut également l'occasion de visiter une autre partie de la ville, celle attribuée aux quartiers marchands et au shopping. Que ce soit des boutiques de souvenirs ou de vêtements, il y avait largement de quoi satisfaire notre curiosité, ou notre avidité pour certains. Tandis que pour d'autres, cette après-midi serait marquée sous le signe de la tranquillité à bord du navire, profitant de tout son confort et sa sérénité.

Au soir, nous retournions en ville pour, à nouveau, faire face à la cathédrale. De fait, à 23h exactement, un jeu de projections et d'illuminations de l'édifice avait lieu. 


Et ce fut magique, tout simplement, de voir la cathédrale se composer, se décomposer et évoluer au gré du vent, de la neige et des couleurs du printemps. Tel un château de carte, elle s'effondre pour être rebâtie et à nouveau, réclamée. Puis la cathédrale abandonne son statut d'édifice pour n'être qu'un support géant, devenant lacs et jardins. Tout simplement sublime, on n'aurait pas imaginé plus tôt assister à un tel spectacle de sons et de couleurs. Les quelques 25 minutes passent sans s'en apercevoir, et pourtant, à la fin, nous retournons vers le M.S. Botticelli en ayant l'impression d'avoir vu et vécu beaucoup de choses, plus qu'il ne pouvait être possible de raconter lors d'une visite.


CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".