Vous êtes en United States ? Visitez notre site français.

Le Rhône et la Saône en croisière


Le Rhône, porte de la Méditérranée


Il ne tolère aucun amateurisme en matière de navigation. Le Rhône, convive impétueux à la table des moines, des papes, des rois et de CroisiEurope depuis 1995, remonte aux sources de l'Histoire. L'ivresse des sens qu'il cultive avec un art ancestral mérite bien ce cours que nous vous proposons pour le plaisir de lire et de comprendre les chemins de l'aventure humaine et du tourisme.

Le Rhône, un de nos quatre grands fleuves français, est un émigré. Né en Suisse dans le massif du Saint-Gothard, à 1750 mètres d'altitude, il garde le caractère impétueux de ses origines alpines. En 1934, "La Compagnie Générale du Rhône" l'aménage. Canaux, ouvrages de Génissiat, Donzère-Mondragon... Ecluses de Bollène, Vallabrègues... Il représente une destination séduisante et gourmande de notre catalogue. Méditerranéen par vocation, il nous mène au coeur de nos racines gallo-romaines. Mais aussi, prolongé au Nord par la Saône complice, il nous invite à un véritable pèlerinage dans les plus célèbres vignobles qui s'épanouissent sur ses rives.


Un fleuve de tempérement


Porte de la Méditerranée, le Rhône est une grande voie de pénétration. À Lyon, important carrefour dès la Préhistoire, les vallées de la Saône, du Rhin et de la Seine ouvrent la voie vers l'Europe. L'Histoire le prouve, il ne décourage personne. Crétois, Phéniciens et Grecs s'y risquent. Les Rhodiens le baptisent. Les Gaulois le descendent, du Nord à Marseille, en trente jours. Les Romains le remontent, dans des embarcations tirées par des chevaux. Au XIXe siècle, y circulent les bateaux à vapeur, bien avant le Rhin. De tout temps, son commerce fluvial a été dense. Nos croisières sillonnent des paysages grandioses et des terroirs prestigieux : Beaujolais et Bourgogne, entre Chalon et Mâcon, Côtes du Rhône près de Tain-l'Hermitage.


César ouvre la voie...


C'est une bien étrange alliance qui est à l'origine de l'histoire de la vallée du Rhône. Celle de Rome et de la Chrétienté. Deux civilisations qui ont laissé leurs empreintes dans les villes où nous faisons escale. Lyon, capitale des Gaules. St-Vallier où vécut Diane de Poitiers. Viviers, charmante cité médiévale et épiscopale. Avignon, dressant sur son rocher la citadelle des papes. Beaucaire et son traditionnel et pittoresque marché. Les murailles de Tarascon et le château du raffiné Roi René. Arles, chaleureuse et riche provençale. Enfin Aix, premier camp romain et Saintes-Maries-de-la-Mer, refuge de Sarah, patronne des gitans...C'est là que tout commence. Bien avant notre ère, les Romains occupent la Provence. En 50 avant JC, César décide de conquérir la Gaule. Ses légionnaires remontent le Rhône, martelant de leurs pas la route d'Agrippa, ancêtre de notre Nationale 7. Vainqueurs de Vercingétorix, ils laissent sur leur passage des cités prospères, construisent thermes, aqueducs, temples et arènes. Et plantent le blé, la vigne et l'olivier. Période faste de la "Pax Romana". Arles et Aix sont de grandes capitales politiques, culturelles et économiques. Vers l'an 300, la conversion de l'Empereur Constantin au christianisme et l'octroi de la liberté de culte, vont changer le cours de l'histoire.


...Les moines suivent


Les communautés religieuses, timidement présentes, envoient leurs moines sur les pas de César. Les « bâtisseurs » édifient églises et abbayes, les "pontifes" érigent quatre ponts pour franchir le Rhône. Ils défrichent les terres et évangélisent les campagnes. L'effondrement de l'empire romain et les invasions barbares, la peste noire et la famine, font déferler une vague de piété. Une personne sur cinq entre dans les ordres, Saint-Louis s'embarque pour les croisades à Aigues-Mortes et l'Eglise consolide ses bases. Lorsque le Saint Empire romain germanique s'attribue la région en 1302, le Rhône devient frontière. Les cités des deux rives ennemies se retranchent, fortifiées, sur les hauteurs. Mais les bateliers ne s'inquiètent guère. Sur le fleuve libre de toute contrainte, le commerce est florissant. Pendant cent ans, le Rhône jouit d'un renom mondial. Les papes sont à Avignon. Écrin de la capitale de la chrétienté, il rayonne. Dans ses eaux se mirent les clochers flamboyants des églises baroques, les châteaux de princes esthètes et d'évêques cultivés, les universités renommées et les lumières de fêtes fastueuses. On danse sous les arches du pont de Saint Bénezet. On lève la coupe autant que le calice. Cultivée avec un soin religieux par tous les moines du pays, la vigne prospère sur ses rives que la France reçoit en dot lorsque Louis XI hérite de la Provence au XVe siècle. Aujourd'hui nos croisières et spécialement celles animées par les papes de l’oenologie, sommeliers et viticulteurs, font honneur aux crus fameux et réputés de la vallée du Rhône : Beaujolais et Bourgogne, Côtes du Rhône et Côtes de Provence, sans oublier le pétillant vin de Cassis.

CroisiEurope utilise des cookies afin de vous permettre de profiter de services et offres adaptés à vos besoins. En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation des cookies. Pour plus de détails, cliquez sur "En savoir plus".